J’ai envoyé mes télégrammes avant de quitter Londres:
– Télégramme Paris: PRIÈRE FOURNIR INFORMATIONS STOP SIMULACRE/PARCHEMIN SEDEFKAR STOP COMTE FENALIK PARIS STOP RDV AMBASSADE MARDI 10/01 PM STOP CDLT FIN
– Télégramme Rome: PRIERE FOURNIR INFORMATIONS STOP SIMULACRE/PARCHEMIN SEDEFKAR STOP MUSEE TRIESTE WINCKELMANN STOP CASERNEMENTS TROUPES NAPOLEON VENISE ET ALENTOURS STOP COLLECTIONNEURS MILAN OBJETS OCCULTES STOP RDV TRIESTE ARRIVEE ORIENT EXPRESS STOP CDLT FIN
– Télégramme Belgrade: PRIERE FOURNIR INFORMATIONS STOP SIMULACRE/PARCHEMIN SEDEFKAR STOP MUSEE NATIONAL PR TODOROVIC STOP RDV BELGRADE ARRIVEE ORIENT EXPRESS STOP CDLT FIN
– Télégramme Sofia: PRIERE FOURNIR INFORMATIONS STOP SIMULACRE/PARCHEMIN SEDEFKAR STOP RDV SOFIA ARRIVEE ORIENT EXPRESS STOP CDLT FIN
– Télégramme Constantinople: PRIERE FOURNIR INFORMATIONS STOP SIMULACRE/PARCHEMIN SEDEFKAR STOP RDV CONSTANTINOPLE ARRIVEE ORIENT EXPRESS STOP CDLT FIN

Nous avons fait quelques emplettes pour tenir compte des risques que présente notre voyage. Pour ma part: veste de cuir, munitions, grand poignard en plus de mon petit couteau, et un nerf de boeuf. Arthur fait embarquer plusieurs malles d’équipement à bord du dirigeable. Il est accompagné de son domestique Charles et d’un garde du corps très musculeux dénommé Jester.

Nous arrivons en vue de Paris. Une grosse berline avec chauffeur nous attend sur le terrain d’atterrissage pour nous conduire à la capitale. Nous avons tant de bagages que la galerie est pleine.

Arrivée à l’hôtel du Chatelet, luxueux mais discret, où nous sommes reçus en grandes pompes. Un groom nous apporte le plateau de bienvenue dans notre suite louée par Arthur.
Une fois installés, je fais part à mes camarades de mon souhait de me passer par l’ambassade des USA pour une affaire importante… je les rejoindrai là où ils le souhaiteront: rdv place Pigalle ce soir à 19h, Anselme précise devant la sortie du métropolitain.

A l’ambassade, mon point de contact n’est malheureusement pas un homme très coopératif, et un compte rendu s’imposera sans trop tarder vers sa hiérarchie s’il ne change pas de comportement dans les prochains jours.

Je me rends alors à Pigalle. Comme il est encore tôt et que je dispose d’un peu de temps avant le rdv, je muris mon télégramme de compte-rendu d’insatisfaction tout en léchant les vitrines du célèbre quartier parisien.

Projet de télégramme vers les USA que j’adresserai demain d’un poste télégraphique: [IDENTIFICATION] REQUETE FACILITATIONS DE PARIS ROME BELGRADE SOFIA CONSTANTINOPLE STOP BESOIN ATTRIBUTION MISSION OFFICIELLE STOP URGENCE SIGNALEE STOP PARIS HOTEL LE CHATELET JUSQUE [DATE/HEURE] PROCHAINE ESCALE TRIESTE [DATE/HEURE] FIN [SIGNATURE]

19h, j’arrive le 1er sur le lieu du rdv. Mes camardes me rapportent le résultat de leurs recherches débutées à la Bibliothèque nationale de Paris. Regardant alentour, manifestement la fête se prépare et la nuit s’annonce folle! Direction le Moulin Rouge… (ce qu’il s’y passe précisément ne peut être conté ici dans les détails, je me contenterai donc de résumer le résumé). Dîner, cabaret, French Cancan, etc. le tout assis juste devant la scène… en tout cas en début de soirée! Ahhhh

(En vrai, la tentative de passer aux loges des danseuses s’avère être un délicieux échec!!)

Anselme et moi quittons le Moulin Rouge en laissant Arthur profiter de la nuit, à sa façon. Cependant, je rentre tout seul à l’hôtel puisqu’Anselme souhaite se rendre quelque part. Le vin ayant tendance à me faire sombrer dans la somnolence, au moins devrais-je passer une bonne nuit, courte mais bonne quand même.

8h, réception de l’hôtel du Chatelet. Arthur a des petits yeux, il n’a pas dû dormir bien longtemps! Quant à Anselme, son lit n’est même pas défait. Il arrive alors mais, malgré notre insistance, il n’ose pas nous faire part de sa mésaventure: une nuit en chambre de dégrisement! Nous nous mettons en route pour la garde l’Est afin de procéder aux formalités de pré-embarquement.

Formalités accomplies, réservation faite pour 3 cabines contigües, les formulaires de transport d’armes nous sont remis et il faudra les déposer au comptoir vendredi au plus tard… alors que le départ n’aura lieu que lundi 15/01 à 8h30. Les malles devront, elles, être amenées le dimanche.

Nous recherchons un artisan pour acquérir ou faire confectionner une malle à double fond.

Je me rends compte que j’avais failli oublier mon rdv à l’ambassade où je me rends en milieu d’après-midi. William, mon point de contact, est beaucoup mieux disposé aujourd’hui. Il a mis l’un de ses meilleurs chercheurs sur le coup, et me laissera un message à l’hôtel s’il trouve quelque chose. Je rejoins mes amis à la Bibliothèque nationale.

Le jeune homme engagé la veille par Arthur et Anselme, Rémy, nous remet un bref texte sur le comte Fénalik, extrait du journal de Mme de Brienne:
[ADJ_PAR_1] le comte brillait tant dans tout Paris qu’il s’attira la colère de la Reine!

Selon Rémy, c’est à la Bibliothèque de l’Arsenal, à la Bastille, où il y a le plus de chances de trouver des éléments complémentaires. Cependant, nous ne pourrons nous y rendre que demain, rdv avec Rémy vers midi.

Le lendemain Rémy nous apporte en effet des précisions:
– [ADJ_PAR_2] le comte était sacrément dérangé, ses traces partent de sa maison à Poissy, qui fut brûlée, et où une étrange vierge de Nuremberg (sorte de sarcophage, ne pourrait-il pas s’agir du fameux simulacre?) fermée à clé fut découverte et détruite par peur qu’un hère en fût prisonnier. La vierge était cependant vide…
– [ADJ_PAR_3] … à l’asile de Charenton où il fut enfermé sur ordre du roi et où il semble avoir fini ses jours, sans être exécuté, bien qu’il le méritât, parce qu’il faisait partie de la noblesse.

De nouvelles recherches sont confiées à Rémy par Arthur, mais cela devrait prendre plus de temps car il sera peu disponible dans les prochains jours.

N'est pas mort ce qui à jamais dort...